Morceaux choisis de la fabuleuse histoire d'un petit bourg du Nord-Isère devenu en un siècle une grande ville de l'agglomération lyonnaise...

Lors des travaux d'aménagement du Parc Technologique, sur la ZAC dite des Perches, des fouilles archéologiques ont fait remonter à la surface de précieuses informations sur l'histoire de cette partie de l'Est lyonnais.

Plusieurs milliers de pièces archéologiques, essentiellement céramiques, ont notamment été retrouvées sur le site et viennent confirmer son occupation depuis des temps très anciens.

Les plus anciens vestiges découverts jusqu'alors dans cette région de la confluence Saône-Rhône, appartenaient à la période du Néolithique moyen (env. 4500 - 3500 av. JC).

La découverte, lors des fouilles, d'un fragment de vase témoigne d'une phase peut-être plus ancienne (env. 5000 - 4700 av. JC).
En effet, ce fragment appartiendrait à la culture cardiale. Cette civilisation du Néolithique ancien, originaire du bassin méditerranéen, s'est développée vers le nord du couloir rhodanien. C'est à la fois le témoignage le plus septentrional de cette culture et le plus ancien vestige céramique découvert dans le Grand Lyon.

La mise à jour de fosses, de foyers domestiques, de fragments de céramique et d'outils en silex laisse supposer ensuite une occupation du secteur pendant tout le Néolithique et jusqu'au début de l'âge du bronze (env. 2000 av. JC).

Jusque vers le XIème siècle av. JC., ce secteur géographique ne semble pas connaître de nouvelles colonisations.

Des vestiges de villages ou de hameaux, répartis sur une dizaine d'hectares, permettent d'attester que les lieux ont été habités vers le XIème et Xème siècle av. JC. Une occupation organisée en habitat de plus en plus regroupé et qui semble s'être poursuivie et développée jusqu'au Premier Age du fer (VIIème - Vème siècles av. JC)

A partir de la fin du Premier Age du Fer (environ 500 av. JC) et jusqu'à nos jours, cet espace devient une zone à vocation agricole.

Quelques traces subsistent de l'époque gallo-romaine : des fossés et un vestige de chemin dont les ornières sont encore visibles. Une petite cabane, marquée par quatre trous de poteaux, témoigne de l'utilisation des lieux par les paysans du Moyen-Age.

En un siècle, la ville de Saint-Priest est passée de 2500 à 41 000 habitants. Retour sur un siècle d'industrialisation.Au début du XXème siècle, Saint-Priest est un petit bourg rural d'environ 2000 habitants. Une majorité de San-Priots vit de l'agriculture. Ils cultivent le blé, l'avoine, le seigle, pratiquent le maraîchage, la vigne un peu et l'élevage. Une activité qui permet à Saint-Priest de fournir en lait la ville de Lyon. Quelques commerces animent le village. Les professions liées aux tissages lyonnais, pour la plupart établies à Manissieux et à Mi-Plaine, restent des activités complémentaires au travail agricole. L'activité industrielle tourne autour de trois usines : l'entreprise "Giroudière", la maison "Dufour" et l'entreprise familiale "Maret".

En ce temps-là, Saint-Priest était un village dauphinois à l'habitat dispersé. Mais au lendemain de la première Guerre Mondiale, la ville entre dans l'ère industrielle.

Une industrialisation qui va provoquer, en une décennie, le doublement de la population : de 2704 habitants en 1921, elle atteint presque le chiffre de 6000 habitants en 1931. Deux hommes, industriels de renom, vont marquer particulièrement la Ville dès le début du XXème siècle : Marius Berliet et Henri Maréchal.

C'est avec l'arrivée d'une population ouvrière, venant des régions environnantes, mais aussi d'Italie ou d'Espagne que la ville de Saint-Priest connaîtra le début d'une croissance exponentielle.

Une évolution démographique qui va également favoriser les changements politiques et culturels.

à la libération, ce mouvement va se confirmer et s'amplifier : doublement du nombre d'habitants tous les dix ans pour arriver à plus de 40 000 à la fin des années soixante dix.

Saint-Priest aura très tôt le statut de ville. On peut faire remonter cette mutation au mandat de Théophile Argence qui, à l'époque du Front Populaire, dota la ville d'équipements collectifs (Maison du Peuple, stades, groupes scolaires, rachat du château...) assurant ainsi son avenir. Aux Habitations Bon Marché (HBM) de Théo Argence, place Salengro, suivirent les HLM du centre, les Alpes et Bellevue (début des années 60), Bel-Air I et II (années 70), Bel-Air III (années 80), quartier Porte-Joie (années 90).

Aujourd'hui, la ville de Saint-Priest offre un ensemble d'équipements publics très important, dont le dernier en date, le tramway (2003), la place résolument aux côtés de la ville centre : Lyon. Le développement de Saint-Priest se poursuit toujours, à un rythme moins soutenu, mais avec de nouveaux objectifs : renouvellement urbain, qualité de vie, développement durable. Le nouveau quartier des Hauts de Feuilly avec ses maisons à énergies propres, proches du Parc Technologique, en est un bel exemple.


Le charme d'un vieux village

Le Village, ses pavés, son église, sa place, sa fontaine, ses commerçants… Le quartier a su garder le charme caractéristique d'un vieux bourg dauphinois.

Coeur historique de la Ville, le Village attire de plus de plus de Lyonnais, désireux de résider dans un quartier où subsistent de façon visible les traces d'un passé rural, mais doté de toutes les facilités de la vie citadine.

La place centrale, entièrement rénovée dans les années 90, est dominée par l'ancienne mairie - qui faisait également école communale - et qui accueille aujourd'hui élèves et profs de la Maison de musique.

Le Village représente toujours un lieu privilégié pour les habitants, qui au détour d'une boutique, d'un bar, d'un restaurant se croisent et prennent le temps d'échanger. Un quartier rapidement séduisant qui donne toute sa mesure à l'occasion de la fête de la musique ou lors des illuminations du 8 décembre.

de 1790 à nos jours

CHALMAS Etienne (janvier 1790 / mars 1790)

DUC Horace (mars 1790 / janvier 1794)

GINOT Joseph (septembre 1794 / mai 1795)

PAGNOUD CHENAVAS Jean (mai 1795/juin 1795)

REYMOND Pierre (novembre 1795 / mars 1799)

EDOUARD Pierre (mars 1799 / mai 1800)

GIVORD (avril 1800 / août 1800)

CHALMAS Etienne (1800 / 1815)

REYMOND Pierre (1815 / 1816)

CHALMAS Jean-Jacques (1816 / 1821)

REYMOND Pierre (1834 / 1840)

BAVARD Jean-Baptiste (1840 / 1846)

REYMOND Pierre (1846 / 1848)

BAVARD Jean-Baptiste (février 1848 / août 1848)

PAYET CHAVRET Jean (1848 / 1854)

CUSIN Pierre (1854 / 1862)

BONNARDET Louis (1862 /1870)

REYMOND François (1870 / 1874)

GERMANET François (1874 / 1876)

REYMOND François (1876 / 1888)

FOUGERES Jean-François (1888 / 1892)

REYMOND François (1892 / 1896)

PAYET MAUGERON Jean-Baptiste (1896 / 1900)

BARGES Jean-Antoine (1900 / 1904)

BUISSON Claude-François (1904 / 1908)

FAVARD Louis (1908 / 1919)

PAYET Gabriel (1919 /1925)

BERLIOZ BENIER Pierre (1925 / 1929)

ARGENCE Théophile (1929 / 1940)

PAYET BURIN Clément (1941 / 1945)

CŒUR Ulysse (1945 / 1946)

VOURLAT Etienne (1946 / 1949)

OTTINA Charles (1949 / 1972)

JOLY Marius (1972 / 1977)

GIREAU Louis (1977 / 1983)

POLGA Bruno (1983 / 13 novembre 2003)

DAVID Martine (2003 / 2014)

GASCON Gilles (depuis avril 2014)


◢ Et aussi

Saint-Priest : petites et grandes histoires Au fil du temps, une ville se construit, s’épanouit, se métamorphose. Elle traverse les époques, les guerres, les moments de paix, de joie ou de tristesse, avec les familles, hommes, femmes et enfants qui la composent et en font la richesse.
Le Château Héritage d'un passé médiéval, le Château de Saint-Priest demeura au fil des siècles le témoin discret de l'histoire des San-Priots. Bâti au XIV° siècle, il sera peu occupé par la famille des Guignard
Le Fort Un ouvrage pour défendre la région Tirant les enseignements de la désastreuse défaite de la guerre de 1870 face à l'armée allemande, la France entreprend de construire de nombreux forts le long des frontières de notre pays.
Figures de Saint-Priest Ils étaient maires, industriels, artistes ou médecins et leur nom a marqué la ville de Saint-Priest. Voici une sélection non exhaustive de ces personnages particuliers et dont on croise parfois les noms au détour d'une rue ou d'un bâtiment public….
Art dans la ville Plusieurs œuvres d'art sont disséminés dans la ville. Les connaissez-vous ?
Parcours historique du Village BALADE NUMÉRIQUE ET HISTORIQUE AU VILLAGE : Partez avec votre smartphone à la découverte de 14 sites historiques emblématiques du village