Lors des travaux d'aménagement du Parc Technologique, sur la ZAC dite des Perches, des fouilles archéologiques ont fait remonter à la surface de précieuses informations sur l'histoire de cette partie de l'Est lyonnais.

Plusieurs milliers de pièces archéologiques, essentiellement céramiques, ont notamment été retrouvées sur le site et viennent confirmer son occupation depuis des temps très anciens.

Les plus anciens vestiges découverts jusqu'alors dans cette région de la confluence Saône-Rhône, appartenaient à la période du Néolithique moyen (env. 4500 - 3500 av. JC).

La découverte, lors des fouilles, d'un fragment de vase témoigne d'une phase peut-être plus ancienne (env. 5000 - 4700 av. JC).
En effet, ce fragment appartiendrait à la culture cardiale. Cette civilisation du Néolithique ancien, originaire du bassin méditerranéen, s'est développée vers le nord du couloir rhodanien. C'est à la fois le témoignage le plus septentrional de cette culture et le plus ancien vestige céramique découvert dans le Grand Lyon.

La mise à jour de fosses, de foyers domestiques, de fragments de céramique et d'outils en silex laisse supposer ensuite une occupation du secteur pendant tout le Néolithique et jusqu'au début de l'âge du bronze (env. 2000 av. JC).

Jusque vers le XIème siècle av. JC., ce secteur géographique ne semble pas connaître de nouvelles colonisations.

Des vestiges de villages ou de hameaux, répartis sur une dizaine d'hectares, permettent d'attester que les lieux ont été habités vers le XIème et Xème siècle av. JC. Une occupation organisée en habitat de plus en plus regroupé et qui semble s'être poursuivie et développée jusqu'au Premier Age du fer (VIIème - Vème siècles av. JC)

A partir de la fin du Premier Age du Fer (environ 500 av. JC) et jusqu'à nos jours, cet espace devient une zone à vocation agricole.

Quelques traces subsistent de l'époque gallo-romaine : des fossés et un vestige de chemin dont les ornières sont encore visibles. Une petite cabane, marquée par quatre trous de poteaux, témoigne de l'utilisation des lieux par les paysans du Moyen-Age.

Envoyer l'article à un ami Envoyer l'article à un ami